Email marketing, réseaux sociaux : idées et reflexions en vrac

Nous vivons une époque incroyable où d’un coté on parle de crise du travail qui manque et de la consommation qui stagne et de l’autre on parle aussi de crise sur un registre complètement différent : crise de ressources humaines, de trop de projets passionnants et de manque de temps pour tout réaliser. J’ai la chance d’être actif dans la crise de trop de projets.

Mardi dernier, j’ai participé à deux tables rondes organisées lors du DevCom Paris.
La première sur le thème développer sa marque et son personal branding pour faire du business.
La deuxième sur email vs réseaux sociaux à l’invitation de Guilhem Gleizes de l’agence CibleWeb, véritable expert du web marketing pour les e-commerçants.

Dans les deux cas, j’invitais les auditeurs à se mettre à l’écoute de leur marché. Il faut profiter de l’opportunité extraordinaire qu’offre l’impact des réseaux sociaux pour développer votre business. Imaginez aujourd’hui que vous avez un accès direct et immédiat pour converser avec vos clients. En vous mettant à l’écoute, en participant à leurs conversations, vous pouvez mieux comprendre ce qu’ils attendent de vous et donc améliorer vos produits et services pour coller au mieux aux besoins du marché, de votre marché.

Acceptez la critique, acceptez l’imperfection pour progresser. Voilà le nouveau paradigme. A voir les yeux ronds dans la salle, c’est une vrai mutation psychologique que vous devez mener.
C’est simple, faites l’exercice de vous mettre dans la peau d’un client mécontent. Qu’attendez vous quand vous prenez contact avec le service client ou que vous retournez dans le magasin ? Et oui, vous voulez que votre problème soit résolu sur le champs. Vous voulez être écouté, entendu ! Pourquoi en serait il autrement pour vos clients ?

L’email marketing doit aussi faire sa double révolution.

La première – obligatoire – sous la menace des fournisseurs d’adresses emails (les hotmail, yahoo, gmail, free, wanadoo, …) qui vont, c’est une tendance lourde, décider unilatéralement de bloquer vos envois ou de délivrer vos messages. En passant d’une analyse de campagne dans sa globalité à une analyse comportementale de l’individu unique. Votre abonné ne réagit à vos messages ? Donc vous ne savez pas être pertinent, vous encombrez le réseau, vous polluez le fournisseurs (hotmail, et consors) , vous êtes virés. Vous n’avez plus de base de données, votre zone de chalandise digitale. Game over.

La seconde en intégrant les nouveaux attributs issus des réseaux sociaux : confiance, responsabilité, authenticité, transparence. Parce que ce sont les mêmes consonautes qui reçoivent vos spub (spam de pub) et qui vivent avec et dans leurs réseaux sociaux. Vous ne pouvez pas croire que leurs comportements différent entre les deux.

On en reparle bientôt.