Ma tête est mise à prix : combien je vaux ?

Sur certains sites, la date de naissance est un critère obligatoire à renseigner. Il est rare que la raison soit précisée. Alors pourquoi la demander ?
Il peut y avoir une raison juridique : l’age requis (>18 ans) est une condition pour accéder aux services du site. Non, il n’y a pas que le porno dans cette situation.
Fêter l’anniversaire de ses clients est aussi une pratique qui necessite d’avoir cette date.

Pourquoi ne pas préciser la raison pour laquelle ce champs est obligatoire à renseigner ? Sur internet, remplir un formulaire revient à fournir des données personnelles à un inconnu.
Quels avantages en retirent l’internaute ? C’est le principe du don et de la dette. Tu me donnes ta date de naissance, en échange je te précise la raison.

Pour ce qui est de l’anniversaire, je suis né fin avril. J’ai donc reçu mes « bon anniversaire ».
Et je me suis rendu compte que j’avais un prix sur le marché. Combien je vaux ? Pas grand chose, il faut bien l’avouer.

Chez Wonderbox : 5 euros

Chez Toluna : une mise à jour de ma date si elle est fausse

Chez Spartoo : 6 euros

Chez Sarenza : j’ai pas compris l’offre

Chez PhotoService : 7 euros

Chez Cadresonline : un test

Ce n’est évidemment pas du tout représentatif du marché. Jean-Yves Fort du site ecommerce404 a publié les emails qu’il a reçu pour la même occasion.

Quelle a été ma réaction devant ces voeux ?
J’ai été très deçu. Je ne vaux rien ! entre 5 et 7 euros.

Plus sérieusement, je me pose la question suivante sur la pertinence de faire une offre mercantile basique à l’occasion de l’anniversaire de ses clients. Dans la mesure où je reçois abondamment des offres en tout genre tout au long de l’année de ces mêmes annonceurs via leurs newsletters et promotions, une de plus ou de moins, ça passera inaperçu.
En revanche, me fêter simplement mon anniversaire, sans volonté de déclencher un achat ou autre participation à un test débile de ma part, je trouverai ça différenciant et plus conversationnelle. Et vous ?

L’email n’est pas qu’un outil de vente au sens vente forcée ou imposée. On dirait des mendiants. Achete. Bon anniversaire, achete. C’est lundi, achete. Bonne fête, achete. Bonjour, achete.

Il ne faut pas s’étonner de la baisse des différents taux (ouverture, réactivité, transformation) si les messages ont tous la seule et même action attendue, l’acte d’achat immédiat. L’email, c’est beaucoup plus que ça malgré son existence depuis la naissance du web, étant parfois qualifié de « vieux ». C’est aussi un formidable outil d’information, de conversation, d’échanges, de partage. C’est l’outil à intégrer dans sa stratégie globale de conversation, d’engagement avec le consonaute.

Pour conclure sur mes emails reçus :
Pour Toluna, ils sont grave parce que je n’ouvre jamais leur email. Comme il ne gère pas leur base de toute façon, il préfère payer le routage en pure perte.
Pour Sarenza, si vous avez compris l’offre, je suis preneur
Cadresonline : j’étais désabonné. Ils ont du me réabonner 😉
Pour les autres, « c’est pas assez cher mon fils » 😉

One thought on “Ma tête est mise à prix : combien je vaux ?

  1. Pingback: Les tweets qui mentionnent Ma tête est mise à prix : combien je vaux ? -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.