Voleur de contenus ou diffuseur d’informations ?

Hier, je tombe sur un article publié sur Pulse qui présente des statistiques de consultations très flatteuses. 6 594 like, 329 commentaires et 4 419 partages. Respect, que ce soit en natif ou parce que Pulse l’a mis en avant, ces chiffres sont impressionnants sur la plate forme de publication de LinkedIn.

stat-de-la-copie-sur-pulse

Le sujet est d’actualité, le titre m’inspire et je lis l’article.

Bien écrit, intéressant, j’ai un avis plus que positif sur l’auteure (il s’agit d’une femme). En toute fin d’article, cette dernière site sa source. Cool, elle est transparente.
la-copie-sur-pulse

Donc moi, je vais voir la source. C’est un mélange de curiosité et d’intérêt professionnel qui me fait cliquer : j’aime découvrir comment les rédacteurs travaillent à partir d’un document de base. L’article qui l’a inspiré est paru sur Slate. Enfin « qui l’a inspiré », je devrais écrire « inspiré à voler le contenu ».

Je vous laisse lire la source ci-dessous. Ne perdez pas trop de temps si vous avez lu l’article sur Pulse.

article-original-sur-slate

C’est un copier / coller de l’article original.

Du mot pour mot. Sur le coup, j’ai eu un sentiment très désagréable. Déjà de m’être fait avoir ! Le capital social du membre LinkedIn est redescendu au néant. Je ne la connais pas et l’effet négatif via cette première rencontre est sans appel. Et ce n’est pas que la première impression soit ou ne soit pas la bonne. Sur les réseaux sociaux, d’autant plus sur les réseaux sociaux professionnels, ce sont via ces derniers que se fait la première impression. Normalement, elle devrait donner envie d’aller plus loin (professionnellement parlant, c’est pas Meetic ni Tinder sur LinkedIn).

Après, je me suis posé pleins de questions :

  • Comment peut elle s’autoriser à piller le contenu d’un autre média ?
  • Comment Pulse ne peut il pas se rendre compte du duplicate content ?
  • Comment Slate ne l’a pas vu ?
  • Et les lecteurs (les milliers de like, partage) ont ils réalisé qu’ils participaient à ce détournement de contenu ?

Certes, vous me direz que cela participe à la visibilité du contenu. Mouais. L’auteur original du contenu n’est même pas cité.

Alors, pour vous, c’est du vol ou pas ? Regardez vous l’article d’origine quand il est précisé pour évaluer la capacité de l’auteur à s’inspirer d’un autre contenu ?