Devred fait il du commerce à l’envers ?

Je viens de recevoir plusieurs emails de l’enseigne de vêtement pour homme Devred. L’occasion aussi de retourner faire une visite sur leur site.
J’avais déjà écrit sur cette enseigne où il m’arrive de faire des achats. J’ai donc un regard certes professionnel et aussi de consommateur.

Je vais être très désagréable avec eux et certainement poil à gratter, seulement Devred et/ou son agence n’ont pas tout compris à l’internet. En fait non, j’ai tort de le dire ainsi. C’est plutôt qu’ils n’ont pas compris comment leurs prospects, leurs clients utilisent le web pour leurs achats. L’avantage, c’est que cet exemple me sert de cas concret sur ce qu’il ne faut pas faire.

Premier sujet : l’email

Commençons par la question suivante :
[polldaddy poll= »3771148″]

La réponse en email :

Sans aller jusqu’à parler de pub mensongère (il faudrait confirmer avec un juriste, il peut toujours y avoir un petit malin pour exploiter les failles), l’accroche est très déceptive. Une petite demande sur twitter et autour de moi, et toutes les réponses donnent : 400 €

Pour Devred,
4 x 100€ = 100€,
4 x 100€ = 10€ + 20€ + 30€+ 40 €

Et le message est répété 5 fois sous différentes formulation. Avec les deux interprétations possible.

Le call to action

Une seule action possible : l’impression des chèques.
Je ne suis que partiellement en phase avec cette unique option. Je ne prétends pas détenir la vérité. Seule les consonautes l’ont. Je me dis simplement qu’un email est une porte d’entrée pour prolonger l’expérience utilisateur sur le web.

Je fais quoi de mes bons d’achats ? Sur le site, je pourrai géolocaliser les magasins.
Je peux acheter quoi avec ? Sur le site, je pourrai préparer ma venue en pré-sélectionnant des produits.

Rendre l’email cliquable pour poursuivre la relation sur le site me semblerait plus pertinent.
Et vous ?

Imprimez vous ?

Vous avez une imprimante ? Combien vous coute une cartouche d’encre ? Cher ? Moi aussi.
Quand vous demandez à votre prospect ultra chaud d’imprimer ses bons d’achats, ne lui videz pas sa cartouche avec un fond de couleur. Le mieux, c’est fond blanc et texte noir. Le minimum.

Voilà ce qu’il vaut mieux éviter.

iPhone, Android, smartphone, où etes vous ?

Vous avez un téléphone mobile, voire un smartphone ? Et si, pour aller  plus loin dans la relation, Devred proposait de recevoir le bon d’achat sur son mobile !

Que des avantages :
– qualification de la base en numéro de portable pour des communications futures
– lien plus fort avec le client
– écologique et économique : pas d’encre, pas de papier
– service au client : code promo toujours sur soi via le mobile qu’on  oublie pas.

Le site

Le site de Devred est me semble t il une nouvelle version. Full flash !!!
Comment est il encore possible aujourd’hui de sortir un site en full flash ?
Comment une agence peut elle recommander à ses clients de développer avec cette technologie.

C’est comme si à l’entrée d’un magasin, il faudrait une autorisation pour dépenser son argent.
Le bon sens du monde réel est loin d’être évident sur le digital.

Aux US, vous avez souvent à la sortie des magasins un panneau avec l’inscription : « your business is appreciated ». Un autre monde de la relation client.

Que pensez vous de tout ça ?

Je vais prendre un rendez vous avec le directeur ebusiness de Devred. Si quelqu’un a ses coordonnées, je suis preneur.