Ce n’est pas la loi qui assure le succès d’une campagne d’email marketing

ribambelle en carton ondulé

Ce n’est pas la loi LCEN qui doit dicter les comportements des entreprises en matière d’email marketing, ce sont les relations humaines et une reflexion user-centric
Bruno Fridlansky, Consonaute

Nous sommes en plein coeur des sujets traités sur ce blog.

Je me rends compte que la plupart des sites avec lesquels j’ai échangé via email récupère mon adresse pour l’intégrer dans leur base de données d’envoi de newsletters dont :

  1. je n’ai aucune appétence pour le contenu
  2. je ne suis pas concerné
  3. je ne me suis jamais inscrit

Dans un cadre B2C, la loi LCEN est claire : l’internaute doit explicitement donner son accord pour recevoir des vagues de communication par email.
Dans un cadre B2B, cette contrainte n’existe pas. Il faut cependant rester dans une communication concernant ses produits et services s’adressant aux professionnels. Vous ne pouvez pas faire une offre B2C sur une adresse collectée en B2B.

Lorsque j’adresse mes informations par email sur la base des inscrits à mon entreprise, je paramètre une adresse email d’expédition spécifique. Cette adresse ne me sert qu’à router les emails. Elle ne me sert jamais – JAMAIS – à m’inscrire à une newsletter ou un service. JAMAIS.

Où est le problème ?

Et bien je reçois constamment des newsletters B2B et B2C sur cette adresse. J’en déduis que pour gonfler leur volume de contacts, ils intègrent toutes les adresses emails qu’ils reçoivent dans leur communication.
Pratique contestable légalement. Certes. Là n’est pas le coeur du problème. C’est surtout un manque de reflexion stratégique sur la perception de ces actions de communication par les destinataires. Comment pourrais je m’intéresser au contenu quand je sais d’avance qu’il ne peut m’être adressé sur une adresse piège ?

La bonne conduite

Respecter ses destinataires, c’est fondamental pour développer de bonnes relations … humaines. L’objectif d’un email, c’est quand même qu’il soit lu, puis cliqué pour engager une relation bénéfique aux deux parties.

La loi fixe un cadre indispensable pour éviter les abus. Elle ne peut pas assurer le succès d’une campagne de communication. C’est la réflexion stratégique pour construire le contenu et la capacité à se mettre à la place du destinataire (user centric) pour envisager les scenarios de réponse que vous attendez de sa part pour développer votre business qui doivent vous guider.

Qu’en pensez vous chers lecteurs et chères lectrices ? Et vous récupérer les adresses emails des gens qui vous écrivent pour ensuite leur envoyer vos spamletters ?

credit photo : © Unclesam – Fotolia.com

One thought on “Ce n’est pas la loi qui assure le succès d’une campagne d’email marketing

  1. Pingback: En vrac, l'emailing cette semaine : Neolane, Feedback Loop, Délivrabilité, La Loi, Transac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.