Un article sur Rue89 à lire pour comprendre que la France doit vraiment revoir son logiciel interne

Chloe-2Cet article est un coup de gueule de ma part.

La lecture de « J’ai passé les tests de sélection de l’école « 42 » de Xavier Niel » sur Rue89 par Chloé Viatori est dramatiquement hallucinant à mes yeux. Pas pour l’école « 42 » et l’initiative de Xavier Niel. Pour l’auteur, son analyse et le message qu’il fait passer.

C’est elle même (ou lui même car Chloé Viatori semble être un pseudo) qui se définit comme « au chomage » et on apprend qu’elle a 27 ans. Quel diplome ? Quelle formation ? Quelle experience ? Aucune mention spécifiée. Ces informations permettraient de mettre en perspective sa prose.

L’histoire est racontée comme une experience subit et pas comme une opportunité d’entrer dans un processus pour obtenir à 100% un job à la sortie.

Je suis stupéfié par un paragraphe
42

Il faut travailler ! What the Fuck !

L’école est gratuite, tu est formé, le matériel est fourni, tu as un job à la sortie sauf qu’il faut travailler ! Tu viens de quelle planète ?

En plus, je cite « Ils ont le mérite de proposer une école gratuite, mais pour des personnes comme moi, sans logement à Paris, ça ne suffit pas. » C’est une école gratuite et il te faut en plus le logement. Tu veux aussi qu’il te fasse les courses, la cuisine, le ménage et promener ton chien pour toi ?

Oh réveil les jeunes, réveil la France. Le diplome n’est plus le Saint Graal. Il faut mettre à jour votre logiciel interne.

Lire l’article complet sur Rue89

6 thoughts on “Un article sur Rue89 à lire pour comprendre que la France doit vraiment revoir son logiciel interne

  1. juliendorra

    Il me semble que la remarque porte sur le fait que justement, pour elle, il n’est pas possible de passer 3 ans sans travailler pour, hmm, gagner de l’argent. J’ai de nombreux étudiants en alternance, et il font ce « choix » car ils ont besoin de l’argent : aucun ou bien peu d’entre eux pourrait intégrer 42, pour des raisons similaire à l’auteure du témoignage.
    Je vous propose de vous faire rencontrer des étudiants qui ont ces problèmes concrets, qui ne souhaitent pas faire porter un crédit à leur parent – ou s’endetter eux même – et qui justement favorise des écoles où il y a une place laissé au travail rémunéré.
    (j’enseigne aussi dans des formations non-alternances, et cela exclut en effet de fait les étudiants sans réserve financières).

    Reply
    1. brunofridl

      juliendorraBonjour Julien
      Ne melangeons pas tout. 
      Certains etudiants ont effectivement besoin d’argent et ne peuvent pas se permettre d’etudier sans pouvoir travailler en meme temps. L’auteur n’a pas tourné son article dans ce sens. Elle s’etonne qu’il faille travailler beaucoup. Elle s’etonne que le cursus gratuit ne soit pas suffisant. Elle s’etonne qu’il n’y a pas de diplome à la sortie et seulement un boulot. 
      27 ans, c’est son age. Deja formaté avec l’ancien systeme et dont la mise à jour parait bien compliqué. 
      Au passage, je ne comprends meme pas comment on peut rediger un article negatif sur l’initiative de Xavier Niel avec son école.

      Reply
  2. psv

    brunofridl
    Bonjour,
    Je
    peux être d’accord sur certains point de ces articles (le votre et
    celui que vous critiquez) mais certaines choses me piquent les yeux,
    notamment :
    « Au passage, je ne comprends meme pas comment on peut rediger un article negatif sur l’initiative de Xavier Niel avec son école. »

    Monsieur,
    ceci s’appelle la liberté de penser et la liberté d’expression. On a
    tous le droit d’être ou ne pas être d’accord avec quelqu’un, même si
    cette personne est très populaire et a fait plein de bonnes choses. En
    disant cela vous rentrer dans le moule, la norme et dans l’effet
    « mouton ». C’est à partir de la que votre article prend tout son sens et
    on comprend mieux votre dégout pour les gens qui ne suivent pas vos
    idées.
    D’autre part, il y a le papier, mais il y a aussi la réalité des choses, et sur cet aspect je pense que
    juliendorra tente de vous en montrer une partie.

    Reply
    1. brunofridl

      psv brunofridl juliendorra 
      Bonjour PSV ou plutot bonjour Anonyme. Malgré cela, je vais répondre.
      Ce n’est pas la liberté d’expression ou de penser que je dénonce, c’est la volonté de toujours agresser les initiatives positives de ceux qui ne sont pas dans le moule comme Xavier Niel. Initiatives positives pour aider les jeunes à trouver un job. 
      Pour l’effet mouton, le degout des autres et mes idées, je vais relire mon article et tenter de trouver où j’ai pu exprimé tout ça.

      Reply
  3. darkendana

    Bonjour Bruno,
    Je pense qu’il y a une grosse incompréhension de cet article de ta part : l’auteur (« Chloé Viatori ») ne manifeste à aucun moment de dédain pour le travail comme tu semble l’insinuer…
    Oui c’est de l’étonnement car même si cette école est une très bonne initiative, 70 à 90 heures par semaine ne laisse quasi pas de place à un « job » à coté et bienvenu dans la réalité : il faut manger pour vivre !! Son étonnement est donc parfaitement justifié et manifeste clairement tout le contraire de ce que tu affirme : elle ne renie pas le travail !
    Faut arrêter de penser qu’on rechigne à travailler, j’ai moi même passé les épreuves de 42 et je suis à 101%, même pour bosser plus de 90 heures par semaine si il le faut, le souci est juste financier et à moins d’habiter chez ses parents à Paris même, ce cursus me semble bien compromis malheureusement.

    Reply
    1. brunofridl

      darkendana Ne mélangeons pas tout. Soit on parle de l’initiative de l’école, soit on parle des conditions personnelles et financières de chacun. 
      L’école est GRATUITE, c’est à dire qu’il n’y a RIEN A PAYER. Zero, pas un euro, ni dollars ni rien. 0.
      Je reprends sa conclusion : « Ils ont le mérite de proposer une école gratuite, mais pour des personnes comme moi, sans logement à Paris, ça ne suffit pas. » J’aurai adoré avoir sa traduction de « ça ne suffit pas. »
      Nous avons l’art de mélanger les genres et de tirer des conclusions bien « françaises »
      Nous avons besoin d’entrepreneurs comme Xavier Niel pour créer une dynamique positive et créatrice de valeur pour la France. alors arretons de flinguer avant de voir. La promesse de l’école, c’est 0 sans emploi à la sortie.

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.