Cas d’école pour se planter sur les réseaux sociaux

Voilà un email reçu via un réseau social classé comme professionnel. Viadéo pour ne pas le nommer. Il n’est absolument pas concerné directement par ce cas d’école. Il se trouve que j’ai reçu l’email d’un abonné à ce réseau.

L’email incriminé est en image ci dessous et les 4 erreurs commises entourées en rouge.

Se-planter-sur-les-reseaux-sociaux2

Première erreur : le profil

Un réseau comme Viadéo ou LinkedIn est un réseau orienté professionnel. Ce qui signifie que l’objectif est de se connecter avec des individus qui ont une valeur personnelle et une expertise professionnelle à partager.

Je considère hors sujet et comme une faute – professionnelle – de se créer un profil personnel sous celui de son entreprise.

L’expéditeur indiqué n’est pas une personne. Je n’ai pas envie d’entrer en conversation avec elle. Parce que je ne me connecte pas avec une entreprise, je converse avec des personnes.

En plus, je comprends tout de suite que son objectif, c’est de vendre sa société.

…Gestion commercial, comptabilité, …, c’est pas son nom de famille. Vous êtes d’accord ? A moins que je me trompe ?

Seconde erreur : Le ciblage

Dans le corps du message, elle précise son coeur de cible : le bâtiment. Très bien. Malheureusement, ce n’est pas du tout mon domaine. Enfin si, j’habite bien dans un « bâtiment ». C’est ma maison. Ce n’est pas mon domaine d’activité professionnel ! Absolument pas. Son message spam n’est pas du tout ciblé. C’est dommage d’avoir autant d’information sur le réseau Viadéo et d’en profiter pour ne pas l’exploiter judicieusement pour prospecter.

Troisième erreur : donner des ordres

« Merci de partager cette annonce à vos contacts ». Voilà bien la pire erreur qui puisse être faites sur les réseaux sociaux. Demander sous la forme d’un ordre de partager le contenu à son réseau.

Comment dire ? A mon avis, si le contenu a de la valeur pour mon réseau, je le partage. C’est l’internaute qui décide de la valeur attribuée à un contenu. Jamais on ne décide à sa place. Capital social ou Whuffie = 0.

Quatrième erreur : signé son email « social » d’un autre

Tiens, c’est S. qui m’écrit et c’est E. qui signe. Le CEO veut m’écrire et il ne prend même pas la peine de le faire lui même, avec son compte. Là c’est sur, je ne suis pas dans une conversation qui va – doit – m’apporter de la valeur. Je suis dans le old school marketing direct.

L’assistante tape le texte, l’envoie avec son pseudo compte perso-professionnel sur un réseau humain professionnel et le CEO signe la communication. Erreur complète sur toute la ligne.

Surtout, ne faites pas ces erreurs.

Je résume. Qui dit Réseau Social professionel (LinkedIn, Viadéo, Digikaa, …) dit réseau de personnes, d’individus, d’hommes et de femmes, qui partagent à travers leur profil leurs passions, centres d’intérêt, expertises, expériences, points de vue, …

Leurs principes sont transparence, honnêteté, partage, écoute, authenticité, intégrité, responsabilité assumée, collaboration, humilité, générosité. Relisez l’effet Whuffie et le Cluetrain Manifesto

Vous voulez prospecter sur les réseaux sociaux professionnels ?

Allez y en proposant de la valeur pour votre lecteur. Ne parlez pas de vous. Ne vendez pas. Rendez service.

Pour le comprendre, soyez user centric. Mettez vous à la place de celui ou celle qui va recevoir votre message. Que ferez vous ? …

Voilà, c’est exact. Et bien, ils et elles feront exactement la même chose que vous.

Maintenant, c’est à vous de jouer.

Et n’hésitez pas à demander conseil en cas de besoin. Mon autre vie au sein d’Up2Social est à votre disposition. aujourd’hui Consonaute, ici même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.