Email marketing et réseaux sociaux : tout ce qu’il ne faudra(it) plus faire en 2011

La planète e-marketing s’affole, commence à perdre la tête et à faire n’importe quoi.
C’est une véritable fuite en avant pour augmenter sa visibilité, sa présence digitale, collecter des « leads », des adresses email, beaucoup et n’importe comment.

En s’affranchissant d’une réflexion de fond sur les conséquences :
e-réputation des marques,
délivrabilité des campagnes,
taux de transformation en vente, …

Des exemples :
– recruter sur la même adresse email plusieurs fois par jour
– ne pas tenir compte du comportement du propriétaire de l’adresse email dans la durée
– twitter automatiquement et sans prévenir lors de l’inscription à une nouvelle application toute votre communauté
– faire parvenir à un homme des offres pour les femmes
– …

Pourquoi ?
A qui la faute ?

Une base de données, c’est pour les e-commerçants leur zone de chalandise digitale. Ne pas avoir de base de données, c’est avoir un magasin pleins de produits implanté en rase campagne avec aucune voie d’accès pour profiter des offres absolument exceptionnelles.

Avec les développements des réseaux sociaux, c’est aussi un changement de paradigme : la base de données « CRM » interne, propriétaire, isolé du reste du monde, bien gardé dans le blockhaus de l’entreprise n’est plus la solution unique et obligatoire. Les conversations ont migré dans les réseaux sociaux. Le « CRM » doit suivre le mouvement.

D’un côté, des annonceurs qui veulent des leads, des leads, des leads. Du volume ! Avec un modèle à la performance, c’est à dire un investissement budgétaire à court terme maitrisé. X leads pour Y euros. Pas de surprise, pas de surfacturation.

D’un autre côté, des partenaires (prestataires, fournisseurs, agence, …) qui mettent en place des opérations de collecte, avec différentes mécaniques, maitrisant parfaitement les leviers marketing pour recruter ces leads.

Il y a aussi les éditeurs, les propriétaires de base de données optin partenaires, c’est à dire des adresses emails d’internautes qui ont dit « oui, j’accepte de recevoir des offres de vos partenaires ». Il n’est jamais précisé que ce sera des offres sans segmentation, ni qualification en fonction des besoins avérés des internautes.

Il n’est pas question de One2One, plutôt de One2Many.
C’est du mass media. Digital certes, du mass média tout de même.

Alors à qui la faute ?
Les torts sont partagés, mon Capitaine.
Il y a de très bons acteurs comme de très mauvais. Tous responsables et tous coupables. Moi inclus.

La grosse artillerie

Pour une communication mass média ciblée

Pour 100 000 leads de recrutés :

Combien d’email envoyés : 1 millions ? 2 millions ? 3 millions ?

Et l’impact sur la e-réputation de la marque ? (Quel a été le comportement des 1, 2 ou 3 millions moins les 100 000 qui ont dit oui ?)
Et le ROI ? (les metrics, quels sont les metrics)
Et le taux de transfo ? (ça vend derrière ? combien de fois ?)
Et la life time value de l’adresse ? (adresse principale ou adresse poubelle ?)

Voilà que je dis n’importe quoi.
Ce n’est pas une adresse qui est recrutée, c’est un consommateur/trice, un individu. Et ça fait toute la différence.

Je crée une nouvelle catégorie sur Consonaute pour en discuter. Les sujets abordés appartiennent à mon périmètre d’expertises : la conversation digitale.
Ma boite emails regorge d’exemples que je vais partager avec vous. Et des comptes, services et messages sur twitter, facebook, pour le volet réseaux sociaux.

Cette rubrique s’appellera e-Respect (prononcer irrespect).
e-respect email
e-respect twitter
e-respect facebook
e-respect consommateur

3 thoughts on “Email marketing et réseaux sociaux : tout ce qu’il ne faudra(it) plus faire en 2011

  1. WebworkerJu

    Étant de ceux qui sont mandatés pour recruter massivement à la performance, je ne peux que cautionner ce raisonnement. Il devient primordial de trouver de nouveaux moyens de collecte plus cohérents, plus respectueux de l’internaute et finalement plus efficaces pour les annonceurs….

    Reply
  2. Pingback: Les tweets qui mentionnent Email marketing et réseaux sociaux : tout ce qu’il ne faudra(it) plus faire en 2011 -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.