Pour être efficace, l’influence collective doit s’organiser et s’automatiser

Pour être efficace, l’influence collective doit s’organiser et s'automatiser

Pour être efficace, l’influence collective doit s’organiser et s’automatiser

L’Influence Collective, c’est la capacité à mobiliser les parties prenantes de son évènement, de son entreprise, de son association, de sa business unit, de ses affiliés, … pour promouvoir son action auprès d’une large audience.

Chaque entité dispose dans son entourage d’ambassadeurs. C’est à dire de personnes, aussi bien internes qu’externes à l’entité, toujours prêtes à participer à la diffusion d’informations auprès de leurs cercles de relations. Je les appelle des ambassadeurs naturels.

La plus grosse difficulté, c’est d’arriver à mobiliser ces énergies humaines pour qu’elles partagent le bon message, la bonne image, le bon lien, tout ça dans le bon timing. Et sans dépenser d’énergie inutile à courir après eux.

En effet, un ambassadeur naturel n’est pas à la disposition de l’entité. Il a sa vie, ses préoccupations, ses impératifs. Il est donc nécessaire, en amont, d’organiser sa communication, d’expliquer à quoi il s’engage et les bénéfices qu’il retirera de sa participation à cette action d’influence collective. Dernier point, il faut supprimer tous les éléments de friction qui empêchent les ambassadeurs de s’engager concrètement dans l’action : manque de disponibilité, problème de connexion internet, incompréhension sur les attentes, absence de confiance,  …

C’est le rôle d’une plateforme d’influence collective qui va permettre aux ambassadeurs de comprendre ce à quoi ils s’engagent, dans quel cadre, à quelle fréquence, avec quels messages. Et qui ne leur fera perdre aucun temps inutilement. C’est aussi le moyen pour l’entité concernée de ne pas courir derrière tous les ambassadeurs pour qu’ils appuient sur un bouton, qu’ils likent un contenu, qu’ils retweetent un message…

7 exemples d’actions d’influence collective

Une équipe de blogueurs

Des blogueurs réunis autour d’un projet commun de marque média ont tout intérêt à ce que leurs contenus publiés touchent le maximum de lecteurs.

Pour exploiter 100% de l’influence digitale du groupe, chaque blogueur devra relayer chaque post sur tous ses profils sociaux. Une planification éditoriale des contenus, associée à une plateforme d’influence collective, permettra de programmer la diffusion de chaque publication sur le compte Twitter de la marque média et d’automatiser les retweets (RT) par les comptes de chaque blogueur.

Une association professionnelle

Une association professionnelle regroupe des membres autour d’un sujet qui les concerne dans leur activité quotidienne à titre sociétal, syndical, entrepreneurial, politique, économique, …

La visibilité de ses actions dépend de sa capacité à mobiliser et à produire des contenus qui intéressent autant ses membres (ne serait-ce que pour qu’ils adhèrent et payent leur cotisation) que son audience (grand public ou professionnelle) pour les services qu’elle lui apporte.

C’est pourquoi une association a besoin que tout son board relaie systématiquement la bonne parole corporate, que les responsables d’une commission partagent tous leurs rapports d’activité au plus grand nombre de lecteurs, que l’ensemble des membres relaient les messages qui confèrent à l’association son statut.

Par essence, les membres d’une association ne sont pas localisés sous le même toit. Il devient donc indispensable d’organiser les relais systématiques des messages sur les profils LinkedIn, les comptes Twitter, les profils Facebook de chaque membre avec une plateforme d’influence collective.

Un département RH

On le dit de plus en plus, les meilleurs ambassadeurs d’une entreprise, ce sont ses collaborateurs. C’est l’un des piliers d’une politique de Marque Employeur et d’Employee Advocacy.

Dans une démarche de formation interne à l’usage des réseaux sociaux par ses collaborateurs, un programme progressif est nécessaire pour favoriser la maîtrise de ces nouveaux outils de communication que sont Twitter, Facebook, LinkedIn, Instagram, Snapchat …

Pour débuter, des formations, des séminaires d’évangélisation et des ateliers pratiques permettent une mise à niveau des collaborateurs. Ensuite, il est utile de fournir aux collaborateurs des contenus à partager sur leurs réseaux sociaux, contenus validés par l’entreprise tant sur la forme que sur le fond.

Afin que chacun puisse avancer à son rythme et dans le respect de sa ligne éditoriale, il est indispensable d’organiser le flux de contenus en centralisant sur un social wall ce que l’entreprise publie sur Twitter, Facebook, LinkedIn, Youtube, sa marque média et tout autre plateforme de publication. Ces contenus mis à disposition deviennent une source pour tous les collaborateurs qui vont relayer sur leurs réseaux sociaux ceux qui font sens pour eux. Ils vont ainsi développer leur professional branding, leur présence professionnelle digitale.

Si vous ne voyez que le coté négatif, oui nous n’allons pas nous le cacher, cela concourt aussi à développer leur employabilité. Et c’est bon pour vous !

Cela va surtout leur permettre de devenir un porte parole de votre entreprise parce que vous les aidez à maîtriser les réseaux sociaux dans un cadre professionnel. Ils noueront et développeront des contacts professionnels, donneront plus de visibilité à votre entreprise et vous créeront de la valeur.

Une équipe commerciale

Le métier des commerciaux s’est transformé. Pas sur les fondamentaux de leur expertise commerciale pure. C’est l’approche relationnelle, la dimension humaine, qui est touchée avec la généralisation de l’usage des réseaux sociaux dans un cadre professionnel.

Avant un rendez vous, les commerciaux se font systématiquement googeliser par leurs interlocuteurs. Et la première impression qu’ils font, c’est via leur profil LinkedIn qui apparaît dans les premiers résultats. Au delà d’avoir un profil correctement renseigné, c’est surtout l’expertise dont le commercial se revendique lors de sa prospection qui importe pour son interlocuteur. Cette crédibilité va s’évaluer par sa capacité à fournir des informations pertinentes et cohérentes sur son secteur d’activité.

Comment concilier le temps nécessaire à réaliser une veille sectorielle performante, à sélectionner les contenus pertinents, rédiger des messages marketing efficaces et assurer leur diffusion régulière par le commercial ? La fonction principale d’un commercial, c’est de développer son portefeuille de clients et d’atteindre ses objectifs. A l’ère du digital, les services marketing et commercial doivent travailler ensemble. Le marketing crée les contenus dont les commerciaux ont besoin, les commerciaux demandent au marketing de produire les contenus dont leurs clients ont besoin. Et c’est avec une plateforme d’influence collective que les commerciaux diffuseront sur leur profil LinkedIn les bons messages, au bon moment.

Il faut avoir à l’esprit que la valeur intrinsèque d’un partage de contenu qui consiste à appuyer sur un bouton est quasiment nulle. Le commercial ne doit pas perdre son temps avec une action sans valeur ajoutée. Il doit se rendre disponible pour engager les conversations et répondre aux sollicitations que les contenus partagés vont générer. En fait, c’est l’entreprise qui doit lui fournir les outils pour se rendre disponible et c’est la fonction d’une plateforme d’influence collective.

Un organisateur d’un événement

La prise de risque d’un organisateur d’événement est énorme. Il doit remplir la salle de conférence, que ce soit via la vente de billets pour un événement payant ou via les inscriptions pour un événement gratuit.

Il doit trouver des partenaires et des sponsors pour disposer de ressources financières. Sans oublier le plus important : il doit construire le contenu avec les thèmes à aborder, les speakers, les animateurs de tables rondes.

Toutes ces parties prenantes ont intérêt à ce que l’événement soit un succès. Staff, lieu, speakers, sponsors, partenaires, participants également, constituent tous les premiers ambassadeurs naturels et motivés pour promouvoir l’évènement. Et ils sont tous disséminés aux quatres coins de l’hexagone ou du monde pour un évènement international, concentrés sur leurs occupations quotidiennes.

Pour supprimer ces contraintes de temps, de disponibilité, d’éloignement, la planification de la communication et la connexion des profils sociaux Twitter, Facebook et LinkedIn sur une plateforme d’influence collective est indispensable pour bénéficier de 100% du potentiel de relais social que représentent toutes ces parties prenantes.

Un incubateur / accélérateur

Par définition, un incubateur et un accélérateur sont des organisations qui hébergent des startups d’une ou plusieurs personnes. C’est un écosystème gagnant-gagnant où le succès des incubés et accélérés fait le succès de l’incubateur et de l’accélérateur.

Un beau cercle vertueux et nous avons en France de belles pépites bien accompagnées. Toutes les parties prenantes sont ambassadrices les unes des autres. Il semble évident que les messages importants de l’incubateur soient systématiquement relayés par son staff et par tous les collaborateurs de toutes les startups. Impossible à faire manuellement ou sous peine de perdre du temps à courir derrière chacun pour retweeter, liker, partager. Seules l’organisation de la communication et la planification avec une plateforme d’influence collective peuvent supprimer les frictions.

Collecter les autorisations de publications, planifier la communication, scénariser la viralité sont les clefs d’une visibilité efficace sur les réseaux sociaux quand on dispose d’une communauté engagée pour promouvoir sa cause. Sans plateforme d’influence collective, le potentiel de 100% d’influence tombe à quelques malheureux pourcentages. C’est dommage, car le plus dur, c’est d’obtenir l’engagement. Et il est naturellement là pour un incubateur / accélérateur.

Un département marketing

En BtoB, le meilleur levier générateur de leads, c’est le livre blanc. Dans une démarche d’inbound marketing, c’est le contenu qui obtient le plus d’adhésion.

Lorsqu’un département marketing publie son livre blanc, il développe un plan de communication pour le rendre le plus visible et viral possible. C’est en s’appuyant sur sa communauté professionnelle qu’il va démultiplier sa visibilité et par conséquent générer des leads.

Mobiliser une communauté, ce n’est pas le plus difficile, surtout pour un acteur déjà en place. En revanche, que toute la communauté mobilisée va vraiment agir au bon moment, avec les bons messages, sur les bons réseaux sociaux, avec le bon lien, est beaucoup plus aléatoire. Ces ambassadeurs naturels – je ne parle pas d’acheter une “influence”, ça c’est de la pub – sont toujours prêts à apporter leur soutien à un acteur de son écosystème. A condition de ne pas perdre de temps, de ne pas être sur-sollicité pour un retweet ou un like. La campagne de communication du livre blanc s’organise en amont de la mise en action de sa communauté et une plateforme d’influence collective permettra d’engager ses ambassadeurs dans le bon tempo avec une efficacité optimale.

Vous retrouvez vous dans un de ces 7 exemples ? Pour discuter autour d’un café – c’est plus convivial – de la plateforme d’influence collective Social Dynamite, prenons contact via LinkedIn. Vous avez probablement aussi d’autres cas d’usage à partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.