Pourquoi et comment Facebook, Apple et Google ont dépassé HP, IBM et Microsoft ?


HP, IBM et Microsoft font face à un changement d’orientation de leur métier. Leurs marges progressent mais leur chiffre d’affaire stagne et leurs parts de marché déclinent.

Pourquoi ce déclin de Microsoft, HP et IBM ?

Ils sont absents des nouveaux marchés qu’ils ont trop longtemps considéré  comme des niches et qui se révèlent les moteurs de la croissance informatique.

En se focalisant sur les outils, ils ont négligé l’utilisation.

IBM crée le PC en 1981 mais il rate le virage logiciel, l’ordinateur familial et le jeu vidéo.

Microsoft est devenu le premier éditeur de logiciel, Lenovo a racheté la division PC d’IBM en 2005 et est devenu le premier constructeur mondial de PC.

Microsoft s’est focalisé sur le système d’exploitation, les suites bureautiques et les ateliers de programmation et a raté la révolution Internet.

Microsoft, IBM et HP n’ont pas compris que les vrais enjeux étaient le moteur de recherche, l’accès aux contenus multimédias, les applications sociales et le Cloud Computing. Google s’est imposée en comprenant l’importance de l’exploitation des données qui transitent sur le Net ; Apple est devenu une référence en donnant un accès légal aux contenus vidéo et audio ; Facebook a inventé le réseau social et Amazon a posé les fondements de l’informatique virtualisée avec le Cloud Computing.

Prenons l’exemple du cloud :

Pour rattraper leur retard, IBM et HP ont investi massivement sur un marketing produit (stratégie produit) alors qu’Amazon met en avant un marketing client, une stratégie du besoin avec un modèle rapide, économique et simple à mettre en œuvre.

Facebook, Apple et Google sont-ils pour autant des maîtres du monde incontestables et incontestés ?

La réponse est positive si on se focalise sur les réserves de trésorerie et les valorisations boursières (500 milliards de dollars pour Apple, 370 milliards pour Google, 136 milliards pour Facebook).

Prenons l’exemple de Facebook :

Le 4 Février, Facebook a fêté son 10ème anniversaire et son 1,2 milliards d’inscrits.

En 2013, le chiffre d’affaire a progressé de 55% par rapport à 2012 (7,87 milliards de dollars), la marge est de 44% contre 33% en 2012 et un bénéfice net de 1,5 milliards de dollars en 2013.

Facebook est un carrefour d’audience mondial, au dernier trimestre 2013, 757 millions de personnes se sont rendues chaque jour sur la plate-forme soit une hausse de 22% par rapport à la même période en 2012. Chaque mois, 1,258 milliards d’êtres humains consultent Facebook.

Pourtant des analystes, jouant les cassandres, prédisent la disparition de Facebook dans le pire des scénarios d’ici 5 ans, dans le meilleur des scénarios d’ici 10 ans.

Les 3 défis et enjeux de Facebook sont :

  • Le mobile
  • Les jeunes
  • La publicité

1)      Le mobile

En décembre 2013, 945 millions de personnes ont utilisé les services Facebook depuis un mobile (+39% sur un an). Le mobile a représenté 53% des recettes au quatrième trimestre 2013. Facebook détient 18% du marché de la publicité mobile, Google 53%.

2)      Les jeunes

L’audience chez les adolescents stagne et la concurrence est très vive avec la montée en puissance des réseaux sociaux Pinterest et Snapchat.

La situation est inquiétante mais pas dramatique car en novembre 2013, 89% des adolescents américains se sont rendus sur Facebook, ce qui est beaucoup mieux que ses concurrents et que les médias traditionnels.

3)      La publicité

Chaque utilisateur de Facebook rapporte en moyenne 2,14 dollars (6 dollars aux États-Unis), soit presque le double par rapport à 2012.

Facebook continue d’innover. En 2013, il a développé la publicité vidéo et a ouvert la fonction « GraphSearch » qui permet à l’internaute d’utiliser Facebook comme un moteur de recherche et donc d’enrichir la connaissance client de Facebook grâce à des informations sur les habitudes et les désirs des internautes.

Facebook doit faire preuve d’équilibrisme pour contenter annonceurs et utilisateurs car elle doit préserver la qualité de « l’expérience utilisateur » qui déteste la publicité et les exigences de rentabilité en satisfaisant les annonceurs.

En conclusion, Facebook, Apple et Google dominent l’économie mondiale mais les critiques ne manquent pas :

  • Pilleur de données privées
  • Monopole et entrave à la concurrence
  • Évasion fiscale (cf. : l’article du Point : « Google redressé d’un milliard d’euros par le fisc ! » : http://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/exclusif-le-fisc-redresse-google-d-un-milliard-d-euros-04-02-2014-1787948_1897.php)

Cet article est rédigé par Virginie Zouine, invité sur Consonaute, que vous pouvez retrouver sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Google+


Fotolia, banque de photos, d’images vectorielles et videos libres de droits

One thought on “Pourquoi et comment Facebook, Apple et Google ont dépassé HP, IBM et Microsoft ?

  1. Pingback: Pourquoi et comment Facebook, Apple et Google o...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.