Email : sa mort n’est pas programmée

L’email n’est pas mort, c’est une certitude (personnelle et à la date d’aujourd’hui). Ce débat a d’ailleurs déjà agité le web ici, ici, ici et ici.
C’est même la pierre angulaire des conversations sur le web. Avec toutefois de profondes modifications dans sa fonction.

Quand vous n’aviez que votre gestionnaire de messagerie, au début du web, pour converser, l’email remplissait 2 fonctions :
être le message (le contenu)
acheminer le message (le contenant)

Et c’est dans le contenu que s’exprime la valeur ajoutée de votre échange. C’est le contenu qui cimente la création de lien dans ces échanges. Ce qui est particulièrement vrai dans les conversations entre les marques et les consonautes.

Aujourd’hui, les lieux et les moyens de conversations se sont multipliés sous l’impact des réseaux sociaux et de la technologie : facebook, viadeo, linkedin, twitter, plyce, foursquare, …
Ils participent tous à la diversité des occasions de conversation. Vous en utilisez peut etre qu’un seul, certainement plusieurs.

Quel est leur point commun ? L’email bien sur. Je vous l’ai dit en introduction : l’email est la pierre angulaire.

Comment ouvrir un compte sur facebook ? Avec une adresse email.
Comment etre alerté que vous avez reçu un message sur facebook ? Par email (et aussi par notification push sur votre iphone)
Pourquoi Viadéo vous envoie un email ? Pour vous dire que vous avez un message et qu’il faut vous rendre sur le site pour en prendre connaissance.
Un message direct d’un follower sur twitter ? Envoyé par email
Vous voulez créer un compte sur un site ? Email obligatoire. Sauf si vous utilisez FacebookConnect, et là je vous renvoie à “comment ouvrir un compte sur facebook ?” ci dessus.

Ce qui semble ineluctable, c’est la perte de valeur de l’email dans le sens où justement la valeur réside dans le contenu. L’email devient de plus en plus un simple messager qui vous invite à prendre connaissance du contenu ailleurs. J’utilise l’image du cheval qui arrive seul (le messager) pour vous informer que le cow boy est au saloon pour la fiesta (le message). Auparavant, le cowboy arrivait sur le cheval.

Et comme nous recevons de plus en plus de chevaux d’emails de toutes natures, que nous avons moins de temps à passer dans notre messagerie pour en prendre connaissance, nous “scannons” les expediteurs et les objets pour décider d’engager la conversation, c’est à dire d’ouvrir l’email et le lire. Ou de le jeter à la poubelle. Voire de le taguer en spam.
La conséquence : les taux d’ouverture chute et il est de plus en plus difficile d’intéresser le consonaute via sa messagerie.

Et pourtant, si vous souhaitez communiquer une information unique et personnelle, l’email reste le meilleur support. C’est d’ailleurs pour les e-commerçants le meilleur ROI.

Ainsi, quand vous communiquez par email, vous devez proposer de la valeur à votre destinataire. De la valeur pour lui avant tout ! La votre viendra naturellement ensuite.
Soyez présent partout et surtout là où sont vos consommateurs. Participer aux conversations. Alimenter les conversations. C’est une autre histoire.

0 comments

Trackbacks

  1. […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Bruno Fridlansky, Bruno Fridlansky. Bruno Fridlansky a dit: Sur Consonaute : Email : sa mort n'est pas programmée: http://tinyurl.com/3x5exxe […]